Il faudra bien plus que de la poudre de perlimpinpin…

J’ai écouté attentivement le discours d’une heure du président Macron. Brillant et plutôt juste dans l’analyse. En gros , en filigrane :  » Nous devons cesser avec l’écologie punitive (trop visible et trop palpable encore moins les culpabiliser cela ne marche plus et provoque l’inverse souhaité) sinon (nous les possédants et nos laquais) nous allons pousser la masse des pauvres (les pue-la-sueur et autres pue de la gueule) vers un nihilisme destructeur qui pourrait tout et nous emporter avec lui, donc trouvons « ensemble »( ne rêvez pas non plus, vous n’êtes pas prêts  de vous glisser dans les sapes Vuitton de Brigitte ni même essayer la niche à Némo, il ne faut pas charrier non plus) des solutions par la concertation ».

À moins qu’il fasse strictement l’inverse de ce qu’il a fait depuis le début de son mandat, c’est-à-dire redonner aux plus pauvres ce qu’il leur a pris, ce qu’il compte leur prendre encore pour l’offrir aux plus aisés, c’est mission impossible puisque contraire aux actes, aux lois/décrets/réglementations qu’ils ont et vont mettre en place.

Il s’agit maintenant d’endormir les masses, de neutraliser ses éléments les plus revendicatifs par tous moyens, de « sur-vendre » à l’aide des médias complices des mesurettes qui ne changeront strictement rien ou très à la marge à un pouvoir d’achat bien trop faible pour vivre décemment, un reste à survivre en berne subis par une proportion grandissante de nos concitoyens trop longtemps ignorés.

C’est un pari  risqué, que de visser d’un tour, le couvercle de  la cocotte-minute sans a minima atténuer le feu bien réel d’une paupérisation générale grandissante qui brûle en dessous.

L’Insurrection qui vient…Porcherie! Porcherie!