Que la fête commence…Dieu est mort , les Maîtres et leurs laquais suivront !

Comme vous, nous n’avons qu’une vie, elle vaut bien la vôtre !
Votre « projet  » n’est qu’une régression sociale tous azimuts, une mise en esclavage progressive et collective sous la houlette dictatoriale, sous les Fourches Caudines tyranniques des oukases de l’ultra-libéralisme mondialisé, cette finance internationale criminelle dont vous n’êtes que les kapos, les cerbères. Depuis des décennies, vous nous imposez une violence sociale toujours plus cruelle qui a jeté dans la pauvreté, dans la misère des millions d’entre nous. Vous avez détruit le tissu industriel du pays par vos délocalisations dans le seul et unique but d’augmenter encore et toujours vos profits, vos dividendes, ces milliards volés sur la sueur ouvrière, sur la santé physique et mentale des salariés.
Vous avez poussé des millions de travailleurs au chômage, dans une précarité dont la dureté a eu pour conséquence directe des suicides en masse, des maladies, des addictions, des divorces, et même des violences faites aux femmes et/ou aux enfants. Vous nous avez soumis a toujours plus de productivité, de flexibilité, à des conditions de travail inhumaines, à un management par la terreur indigne des droits de l’Homme les plus élémentaires. Vous avez sciemment abaissé le niveau éducatif de nos enfants afin de les rendre plus malléables, réceptifs et soumis à votre doxa consumériste et marchande mortifère tant pour les hommes que pour son environnement naturel.

Vous avez mis sous contrôle, privatisé la totalité de la presse, de l’information, des médias que vous faites fonctionner par des subventions alimentées grassement par nos impôts et taxes où vos serpillières surpayées qui usurpent le nom de journaliste vendent votre funeste vision marchande du monde, de la nature et de l’humain, la division, l’abêtissement généralisé, la hiérarchie inique, la guerre de tous contre tous.

Aujourd’hui individuellement, collectivement avec nos gilets jaunes que nous portons dans les rues ou pas nous nous soulevons, nous refusons catégoriquement, radicalement votre leurre « démocratique » frelaté, votre autorité, vos incantations, vos conseils, vos expertises économiques foireuses qui nous ont amené au désastre que l’on peut constater, vos appels au calme, vos coercitions policières, votre justice de classe, car vous êtes ou vous servez de véritables assassins. 
À présent, n’essayez même pas de nous faire rentrer sagement dans le rang, vous ne pourrez pas nous obliger à retourner à notre résignation solitaire. Ces temps sont révolus, c’est terminé, pour nous coucher il vous faudra nous abattre un par un et sans nous les parasites du Peuple que vous êtes ne pourront survivre. Aux agressions, à ces violences, à ces menaces, à ces manipulations, à l’endoctrinement télévisuel nous nous défendrons implacablement. Qu’un d’entre nous soit enferré, trois autres se lèveront plus révoltés. Nous n’avons qu’une vie, nous la voulons différente, mais aussi belle que la vôtre, nous l’obtiendrons !
Si vous continuez à nous faire vivre l’enfer où que vous soyez, qui que vous soyez, vous le vivrez avec nous !

Nous sommes les plus nombreux, vous n’êtes qu’une infime minorité de prédateurs,d’usurpateurs, de prévaricateurs servis par des laquais, des vendus, des prostitués de l’âme, des imbéciles armés que vous grugez avec des miettes. Vous êtes des goinfres à la cupidité sans limite subjuguant une masse d’individus non-conscients de leur asservissement, heureusement de moins en moins nombreux.

En nous poussant à bout vous nous avez réveillé, nous sommes furieux, de très mauvaise humeur et pas prêts à nous rendormir.

La violence défensive que vous nous reprochez n’est rien comparée à celle que vous nous avez imposé au quotidien depuis tant d’années.

Aussi longtemps que vous ne vivrez pas comme nous, vous n’aurez strictement aucune légitimité, aucune crédibilité à nous parler.
L’Égalité, nous ne l’obtiendrons pas dans la tombe, mais dans nos vies quoiqu’il nous et vous en coûte !

L’Insurrection qui vient…Porcherie ! Porcherie !