C’est malvenu à présent.

Les policiers de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) viennent de se rassembler, ce mardi midi, devant leur commissariat afin de rendre hommage à leurs trois collègues qui se sont suicidés dimanche et lundi, et à celui qui a été tué près de Lyon samedi.
les basses œuvres de la milice française !

#balancetonmacronard #boycottetonmacronien

Qu’ils rendent hommage à leur collègue policier tué par des voleurs dernièrement, à ceux qui se suicident ( ils ne le devraient pas : « la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie ». Démissionnez, changez de vie plutôt que de vous en prendre à vous. Ce n’est pas de pauvres Gilets Jaunes ni les manifestants , les opposant au Gouvernement Macron et ses « réformes » iniques qui poussent vos collègues au suicide, mais bien votre hiérarchie et le pouvoir politique actuel auquel elle obéit aveuglément) rien de plus normal et respectable, qu’ils fassent ce recueillement en interne, je le conçois très bien . Sur le trottoir, devant les caméras , c’est malvenu.

Ont-ils eu une pensée pour la jeune femme Maeva 21 ans tuée sur un passage protégé par des chauffards de la Bac de Rennes il y a moins d’une semaine qui circulaient comme des fous, à toute allure, de nuit, dans le couloir de bus sans sirène ?

( ….silence…..)

Vos collègues, oui ceux qui ont tué le pauvre livreur M. Cédric Chouviat ont-ils été suspendus de leur fonction à titre conservatoire ? Ont-ils été placés immédiatement en garde à vue ? Ont-ils été déférés devant la Justice pour homicide involontaire ? Justice qui aurait dû statuer sur leur placement en détention provisoire ou non comme c’est la procédure dans n’importe quelle Démocratie, dans n’importe quel État de droit digne de ce nom. L’a-t-elle fait ?

( ….silence…..)

Commencez par faire un sérieux ménage dans vos rangs, en premier chez vos syndicalistes corporatistes qui vous poussent au pire depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes où ils n’ont eu que veulerie, lâcheté et appétits pour la gamelle face au pouvoir politique. Assumez vos bavures et ses conséquences tragiques. Soyez des justiciables comme des autres à l’instar de n’importe quel citoyen si vous voulez remonter un tant soit peu dans l’estime et le respect des Français.
Après vous êtes mis en règle vis à vis de la population, nous commencerons a avoir de l’empathie pour vous, pas avant.

Sinon, vous vous sentez bien dans vos godillots quand vous gazez, quand vous matraquez des salariés, des travailleurs, des fonctionnaires (vous ne l’êtes plus à mes yeux.) qui luttent contre cette régression sociale nommée « reforme des retraites ». C’est-à-dire partir en retraite à 64 ans pour des pensions encore plus minables qu’elles le sont aujourd’hui (bosser plus, plus longtemps pour toucher moins, le progressisme #LREM dans sa splendeur pendant qu’ils gavent, engraissent les ultras riches à coups de milliards d’euros avec le CICE, la flat tax et l’ISF supprimé etc.) alors que vous avez négocié le maintien de votre départ à 52/57 ans en échange de votre soutien total et zélé à une bande de mafieux malfaisants qui repartiront dans les égouts bancaires, dans les fosses septiques de multinationales d’où ils sont issus, une fois chassés des affaires. Vous êtes devenus comme eux, vous osez tout, vous n’avez honte de rien et vous demandez du respect ?


Vous pensez sérieusement, dans pas si longtemps, la roue tourne vite, qu’en répétant pour votre défense le sempiternel : « C’était les ordres, c’était les ordres » sera suffisant pour passer l’éponge sur toutes vos innombrables saloperies ? Vous croyez vraiment vous en sortir comme cela si facilement collectivement et individuellement ? Vous êtes devenus complètement cons ou ils vous droguent au Captagon pour massacrer les gens ?

Vous ne méritez , au mieux , juste l’indifférence silencieuse écœurée de l’ensemble de la population, à la limite du mépris quoi qu’ils vous arrivent à présent.

Vous n’échapperez pas, selon vos actes et responsabilités, ni à l’épuration qui vient, ni au Grand Procès de la Macronie, ni aux Cours Martiales, ni au Tribunal Pénal International.

« Sont interdits les actes ou les menaces de violence dont le but principal est de répandre la terreur parmi les populations civiles ».
Protocoles additionnels de la Convention de Genève.

🏴 & 🇫🇷 Vincent l’Enragé.👁

2 commentaires sur “C’est malvenu à présent.

  1. Je comprends parfaitement les situations, les périls, les dangers, l’épée de Damoclès, tout ce qui peut pourrir la vie au quotidien, voire plusieurs fois par jour.
    Des équipements décevants. Des moyens non adaptés aux missions qui tombent sur vos épaules déjà surchargées…
    Toute ma compassion et mes condoléances à ceux qui sont tombés. À leurs familles amis, collègues et proches.

    Tristesse !

    J'aime

  2. Bonjour, il y a plus d’un an avant le mouvement social des Gilets Jaunes, j’aurais tenu exactement le même discours que vous dans votre commentaire. À présent, après avoir été témoin d’innombrables ignominies policières : des dizaines de personnes mutilées à vie, par hasard, pour terroriser tous les autres et les empêcher de revenir manifester, des anciens qui souvent ont l’âge de leurs grands-parents ; gazés, frappés à grands coups de matraque sur la tête occasionnant de graves blessures, des femmes cognées avec une brutalité inouïe, traînées à terre par les cheveux, des personnes handicapées bousculées renversées, gazées aux lacrymogènes sur leur fauteuil roulant, des arrestations illégales, des détentions arbitraires, des condamnations judiciaires sur mensonges policiers , faux et usage de faux etc j’en passe et des meilleures… Aujourd’hui, il faut que je puise dans toute mon humanité, au plus profond de mon humanisme pour ne pas me réjouir quand il arrive malheur à des policiers. Ils ne sont plus des fonctionnaires à mes yeux, mais une milice à la solde d’un pouvoir politique temporaire d’usurpateurs devenus totalement illégitimes notamment par leur intransigeance criminelle. Ils ont choisi la gamelle à l’honneur, la dignité, la droiture comme ce fut le cas durant la période de Vichy et ne méritent au mieux que notre indifférence silencieuse révulsée à la limite du mépris. Bonne journée à vous.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.